​Avec son physique, il n’a pas besoin de truc pour nous donner envie de faire un tour avec lui. Le beau québecois qui révolutionne son art est aussi un homme moderne, sachant reconnaître aux femmes leur part de magie. Et ça, on aime !

La séduction, c’est une histoire de magie ? Et l’amour, une illusion ?
Tout dépend de la relation dans laquelle on se trouve, j’imagine. Quand on est jeune, on essaie parfois de se convaincre que l’on est en amour avec quelqu’un, alors que l’autre ne fait que combler un manque, un besoin que l’on a, sans pour autant que l’on ait un réel sentiment pour cette personne. On vit peut-être alors dans une sorte d’illusion amoureuse…

Pour séduire, avez-vous un truc ?
Être soi-même et l’assumer complètement. Je crois que c’est la clé pour séduire non seulement en amour mais également en affaire ou en amitié.

Avez-vous un «type» de femme, à part celles coupées en deux ?
[rires] Je ne coupe pas de femmes en morceaux, même sur scène ! Dans la réalité, j’aime les femmes expressives, emphatiques, qui s’assument et qui ont une aisance à socialiser. Pour une raison que j’ignore, je suis également attiré par les femmes tatouées… allez savoir pourquoi ?

Que regardez-vous en premier chez une femme ?
Honnêtement ? Je dirais le nez… Cela m’évite de la regarder dans les yeux tout en donnant l’illusion de le faire. C’est un art !

Et qu’est-ce qui est rédhibitoire ?
J’ai de la difficulté avec les femmes trop conscientes de leur beauté… Je trouve qu’il y a alors quelque chose de très antipathique.​

Quelle est votre définition de l’élégance féminine ?
Une femme confiante, assumée, authentique et emphatique représente pour moi l’élégance féminine.

Les femmes ont-elles joué un rôle important dans votre vie ?
Absolument, à commencer par ma conjointe qui est souvent mon premier public et dont l’opinion compte beaucoup pour moi. Et sans l’éducation de mes parents, et plus particulièrement ma mère, je ne serais pas qui je suis. Surtout, mes plus grandes souffrances dans la vie sont celles issues de relations amoureuses brisées… 
Mais ne dit-on pas que tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ?

Auriez-vous aimé être une femme ?
J’ignore ce que c’est d’être une femme donc c’est difficile à dire… Mais je crois que ça fait des siècles que les femmes ont la vie dure et je me réjouis que nous vivions maintenant dans une ère de libération féminine.

Ne trouvez-vous pas difficile d’être un homme aujourd’hui ?
Non… je crois que les hommes n’ont pas à se plaindre. Même si ce n’est pas nécessairement évident d’être un homme, au moins, les hommes ne sont pas autant oppressés par les standards de beauté et les jugements de la société par rapport à leurs actes.

Que peut-on vous souhaiter ?
Du côté personnel, sans originalité, la santé pour ma petite famille. Et que la magie continue d’opérer dans mon couple. Côté professionnel, de continuer d’être inspiré et motivé… et de toujours réussir à concilier le travail et la famille.


Par Clémentine Samuel


[rires]